Bernissart


Histoire

Plan d'accès
Horaire des célébrations

Bernissart

L’église actuelle de Bernissart a été construite en 1876, à l’emplacement de l’ancienne, devenue trop petite suite à l’expansion de la population en raison de l’activité charbonnière. Les plans ont été dressés par Léopold Hoton, professeur d’architecture à l’Académie des Beaux-Arts d’Ath. Elle est dédiée à la sainte Vierge.

L’église contient quatre autels : le maître-autel, deux autels latéraux, situés dans chaque bras du transept, ainsi qu’un quatrième à droite du porche. Chaque bras du transept possède un renfoncement, créant une sorte de chapelle absidiale, qui n’est séparée en aucune façon du reste de l’église. Chacune d’elle contient un autel et est éclairée par un vitrail décoré. L’autel latéral gauche est dédié à la vierge, l’autel latéral droit est dédié à Sainte Barbe tandis que l’autel à droite du porche est dédié à saint Antoine.

Le maître-autel, situé dans le chœur, date de la fin du 19e siècle. Cet autel à retable, de style néo-gothique, est contemporain à l’église et a probablement été fabriqué pour l’église actuelle. La partie haute de l’autel contient quatre statues, dont celle de Sainte Catherine d’Alexandrie, reconnaissable à sa roue, et probablement celle de Saint Martin de Tours. Sous les statues, en caractères gothiques, est inscrit un texte. Il s’agit de « O sacrum convivium », un chant liturgique à la gloire du Saint Sacrement, composé par Saint Thomas d’Aquin au 13e siècle et inclus dans la liturgie catholique à titre d’antienne lors de la Fête-Dieu.

L’orgue de l’église est inauguré le 20 décembre 1936. Celui-ci a été construit par la maison Jos. Slootmaekers de Woluwé-Bruxelles.

En 1950, sous le rectorat de l’abbé Dewelde, l’administration communale de Bernissart entame des travaux de restauration de l’église. D’autres travaux suivront, notamment en 1971 et dans les années 1990.

Dans la première moitié du 18e siècle, le prince Emmanüel de Croÿ finance plusieurs restaurations de l’église et lui fait don d’une cloche lors de sa Joyeuse Entrée. La cloche, au son plus sonore que la précédente, était sculptée d’une scène de « danse des morts ». Lors de la révolution française, celle-ci fut cachée au château de Bernissart jusque 1802. En 1874, elle sera refondue pour en faire une nouvelle cloche, plus grosse. Le duc de Croÿ en financera une partie. Une seconde cloche sera acquise en 1935. Toutes les deux seront enlevées par les Allemands durant la seconde guerre mondiale. Elles seront remplacées en 1950 par les cloches Marie et Barbe.

L'histoire complète de l'histoire de la paroisse de Bernissart peut être lue via ce lien Paroisse de Bernissart

Plan d'accès

Histoire
Horaire des célébrations

Horaire des célébrations

Histoire
Plan d'accès

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur www.egliseinfo.be