Harchies


Histoire

Plan d'accès
Horaire des célébrations

Harchies

Historique de l’église d’Harchies

L’église d’Harchies est dédiée à la Sainte Vierge, patronne de plusieurs dizaines d’églises paroissiales du Hainaut.
Depuis le seizième siècle, elle se trouve au même endroit. En 1762, un nouvel édifice fut bâti. La tour de celui-ci a été conservée lors de l’édification de l’église actuelle en 1836. Le style est classique. L’architecte athois, Mottries, était un passionné de l’architecture classique « style toscan ». Les églises de Stambruges, Pommeroeul, Harchies entre autres, sont de ce style … et du même architecte.
Au dessus du porche, on voit une pierre rectangulaire portant les armoiries de la maison de Mérode, ceci constitue sans doute le témoignage de la participation du Comte de Mérode lors de la construction de l’édifice de 1762.
Aujourd’hui, l’intérieur de notre église est sobre, sans statues remarquables.
Le tableau représentant la visitation de la Sainte Vierge à sa cousine Elisabeth (installé dans le chœur et visible sur d’anciennes cartes postales), œuvre du peintre Spillemakers, don d’un paroissien en 1846, tout comme le chemin de croix (achat de la paroisse en 1854) peinture et cadre en bois , ont été malheureusement très endommagés lors de l’incendie en septembre 1962.
Notons deux confessionnaux en bois de chêne clair, les fonts baptismaux sont une cuve octogonale mono pédiculée de style gothique du 15ème siècle, le bénitier est en pierre sur pied. Un Christ en bois de grandeur naturelle datant du 17ème siècle est visible dans le chœur (ce Christ était auparavant dans une belle chapelle située à la rue du Calvaire. Celle-ci fut démolie lors d’aménagements nouveaux de la voirie en 1962.)
Il faut bien sûr attirer l’attention sur ce qui suit. Il s’agit d’un bas relief en pierre blanche, autrefois polychrome datant du 15ème siècle, provenant de l’école de Tournai. La Vierge adossée à la croix, tient sur ses genoux le corps inanimé de son fils, à ses pieds, une couronne d’épines, un crâne, des ossements, etc. De part et d’autre se trouve un personnage agenouillé devant un prie Dieu. Chacun d’eux est présenté par son patron Saint Pierre pour l’un et Saint André pour l’autre. Rien ne permet de déterminer en mémoire de quelles personnes ceci fut exécuté. Hélas, la pierre blanche s’effrite. Ce bas-relief mériterait d’être mis en valeur.
Sur le même mur est attaché un calvaire du 15ème siècle. La croix est haute de 3 mètres. Elle est ornée d’un drapage sculpté imitant la dentelle ; aux extrémités se trouvent les animaux évangélistiques et des fleurs de lys. Le Christ mesure 1,35 m, bien proportionné, il a une expression remarquable. Cette croix est entourée des statues de la Vierge et de Saint Jean, hautes de 1,13m, également polychromées.
A sa base, on découvre un livre entouré d’ornements bizarres. Ceci aussi mériterait d’être mis en valeur.
Plusieurs dalles funéraires antérieures à l’église actuelle étaient logées dans son pavement en pierres bleues. Trois ont été découvertes et élevées contre la paroi intérieure de la tour lorsqu’un nouveau dallage fut placé au milieu du 20ème siècle.
Parmi ces trois pierres, une assez usée représente un personnage féminin couvert d’un long vêtement, les mains jointes. L’inscription est, en grande partie, effacée : « Ci-gît damoiselle Margriete de Harchies, chanoinesse de Maubeuge ».
A l’extérieur de l’église, debout contre la tour, à droite du porche d’entrée, est placée une très belle dalle funéraire en pierre bleue (2,38m/1,38m). Il s’agit de Jacques baron d’Harchies et son épouse Marguerite de Wissocq. C’est une représentation parfaite du chevalier du 16ème siècle ainsi que de la tenue d’une dame noble de cette époque.
Les époux sont placés côte à côte, la tête sur un coussin, les yeux clos, les mains jointes et les pieds posés sur des lévriers. Cette dalle était placée au milieu du chœur de l’ancienne église ; son parfait état de conservation provient de ce qu’elle fut couchée sens dessus dessous à l’époque troublée de la fin du 18ème siècle : elle échappa ainsi aux marteaux des briseurs d’armoiries. Elle fut découverte en 1836 lors de la démolition de l’ancienne église.
Ces quelques « monuments » (bas reliefs, calvaire, Christ en croix, dalles funéraires …) seuls témoins du passé de notre localité, devraient être mis en évidence, et entretenus afin d’être transmis à la postérité.
Quelques dates et plongeons-nous dans l’histoire de notre paroisse.
1894 = Le Conseil de Fabrique d’église d’harchies demande des subsides à la commune pour la restauration de la toiture de l’église. Ces travaux seront exécuté après 11 ans d’attente, soit en 1905.
1908 = Restauration de l’intérieur de l’église : le coût : 2.250 francs (les Harchésiens répondent positivement lors de la collecte).
1914 = Arrivée du curé Jules HAUSTRATE, il nous quittera en 1959 ! Agé de 86 ans, et souffrant de cécité, Il a marqué plusieurs générations d’Harchésiens tant il fut apprécié après 45 ans d’une vie pastorale bien remplie. Il décédera à l’âge de 101 ans en 1975.
1923 = Restauration des vitraux de l’église, très endommagés par les bombes allemandes durant la guerre.
1925 = remise en l’état du coq.
1930 = Un groupe de paroissiens généreux offrent de nouvelles orgues à l’église. Bénédiction et inauguration en grandes pompes le 16 mars 1930 par l’évêque Monseigneur Rasseneur. Audition de plusieurs morceaux interprétés par Mr Robert Salhadin, un musicien réputé de la paroisse.
1938 = L’abbé Haustrate annonce à ses paroissiens et à l’Administration communale qu’il est urgent de restaurer l’intérieur de l’église. Un donateur, resté anonyme, prend tous les frais à son compte (19.026 francs !).
1954 = Un vitrail est offert par l’Administration communale à l’abbé Jules Haustrate en remerciement de ses 40 ans de dévouement à Harchies (bénédiction par Monsieur Lecouvet, évêque auxiliaire).
Arrivée d’un vicaire, l’abbé Albert Depeissemier. Dans la fougue de la jeunesse, il organise la JEC, la JOC, les activités diverses chaque dimanche après-midi. Il seconde l’abbé Haustrate dans son apostolat vu son grand âge. Il assume la première année de catéchisme (2 fois semaine sur le temps de midi), tandis que l’abbé Haustrate prend en main la deuxième année de catéchisme (5 fois par semaine à 7h30 !). Ce vicaire nous quitte début des années 1960 pour devenir le curé de Escanaffles .
1960 = Inauguration d’une salle paroissiale (Le Foyer) après l’arrivée de l’abbé Jacques Lebas, et ce grâce à la mise à disposition des biens immobiliers de Mademoiselle Louisa Strebelle.
A cette époque, étaient célébrées trois messes le dimanche : 7h30 à l’église, 9h, messe basse, à la chapelle aménagée dans la grange de madame Paula Berger à la cité Jardin, et à 10h à l’église.
1962 = Le 20 septembre : incendie de la nef droite de notre église (départ du feu près de la grotte Notre Dame de Lourdes) . Grâce à la rapidité de l’intervention des pompiers, et à leur matériel performant, l’église échappe à la destruction complète. Il faudra repeindre. Une souscription est ouverte et heureusement, les Harchésiens sont généreux.
1974 = Le 29 septembre : bénédiction d’une nouvelle cloche par Mgr Thomas, vicaire général à Tournai. Marraine : Marie-Madeleine Vindevogel. Parrain : Albert Deprez.
1979 = Une forte tempête endommage sérieusement le clocher. Le Conseil de Fabrique constitue un dossier bien lourd vu les réparations. Bon nombre d’entreprises se succèdent, le temps passe, et ce n’est qu’en 1991 qu’une église toute restaurée accueillera ses paroissiens sous le « regard » d’un nouveau coq présenté fièrement à la population présente par le président de la Fabrique d’Eglise de l’époque Mr Jean Procureur le 27 février.
1987 = Belle cérémonie pour fêter les 150 ans de l’église d’Harchies, le 15 novembre 1987 à 11 heures. Cérémonie rehaussée par la présence de notre évêque Mgr Jean Huart.
Après les premières fusions des communes, qui gardaient leurs propres curés, ces derniers se sont vu confiés plusieurs paroisses par entité d’abord, voire doyenné.
Il est indispensable que nos prêtres soient entourés de laïcs qui occupent diverses responsabilités (Conseil pastoral, EAP, secrétariat, catéchisme, responsable de l’accueil, etc…etc, ) Nos prêtres peuvent ainsi enchaîner des célébrations afin de permettre au plus grand nombre d’y assister ainsi que de pouvoir partager un petit peu de temps avec leurs paroissiens.

Elisabeth et Pierre Ballant-Zianne
Sources de nos renseignements : « Histoire d’Harchies jusqu’à la fin de l’Ancien Régime » par Charles Leblois et documents personnels.

Plan d'accès

Histoire
Horaire des célébrations

Horaire des célébrations

Histoire
Plan d'accès

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur www.egliseinfo.be